• Ce matin, en demandant à mon frère quel jour nous étions, je me suis rendu compte qu'il y a un an, jour pour jour, je posais mes vieilles reebok noires sur le tarmac finlandais.. Un petit pas pour l'homme, mais un grand pas pour le guyguy... Ca ne veut rien dire mais ça m'a mis une petite boule dans la gorge, j'ai revécu en 10 secondes ma première journée, dont je me souviens comme si c'était hier, PH en galère avec ses sacs, premier McDo, premières mousses sur le balcon... Je me suis apercçu tout à l'heure qu'ils ne m'avaient pas supprimé mon email finlandais donc j'ai été y jeter un oeil... et bingo : les même mails qu'il y a un an, annonçant les premières soirées, la Big Welcome Party dans 3 jours... Woaw, c'était hier et c'était il y a 10 ans...

    J'arrive au terme de cet été bizarre, transitionnel, où l'on passe par tous les états en même temps, où se mêlent effervescence du retour et appréhension d'un nouveau départ, nostalgie de cette vie pépère et sans contrainte et malgré tout envie d'aller de l'avant... J'ai tout fait pour m'occuper, j'ai bossé au journal non stop depuis mon retour, pour ne pas gamberger, ne pas trop y penser... et me voilà donc à la veille d'une nouvelle année à Bordeaux, encore plus belle qu'avant ( et oui je vais poser mes valises sur le patrimoine de l'Unesco...et toc ! ) Retour au travail mais surtout retour avec les potes, qui reviennent tous d'Erasmus, pour rester dans l'ambiance... et la coupe du monde de rugby qui arrive, et la salle des assos, le pinard, les chocolatines de Marcel, les thés au citron de Boudu, les soirées BDE de l'autre côté du bar...

    Les amis Erasmus, je les reverrai, c'est évident, car s'il est une chose qui reste quand tout passe, et je m'en suis rendu compte cet été, c'est la famille et les potes !

    Voili voilou, here I am, un brun de nostalgie, un brun d'excitation, un sourire au coeur, et le bonheur de pouvoir se dire que le bonheur, c'était hier et ce sera demain !


    2 commentaires
  • One year ago, I started this blog, not very sure if it was usefull and if i would update it very often...One year after, i'm so glad i did it...just reading it make me just happy, and dreaming about 24 new hours there...

    ... At 1 pm, Natasha in her pink sweater and Shiona in her scottish pyjamas would knock my door and ask me if i would fancy a cig, an invitation that i would of course accept...We would spend 10 mn on the balcony just debriefing about last night, gossiping and if Shotasha is in good form, she would giggle a lot...After we would return in the buliding, shaking because of the cold and Shiona, absolutely stone after her 2 first cigs, would almost fall on the first right door... Then i would eat quicly some pastas while looking at the news and Christophe Barbier's TV show on the internet,  and go for a coffee with Edouard or Jerem, with in the last case a stop at Pub Pete on the way back for playing billiard...Then i would go in the city center, for university or for buying food and cigs and i would meet Camille in Alko, the « Erasmus » gaz station.  Then it would be time for getting PH out of bed, around 6 pm, tired of one night playing poker... then i would maybe have a nap in Shiona's room while she's working or skyping or chatting with Giulia or Natasha, and then i would distrub Pablo, still working, and prepare him some « working class » fried fish that he loves... and we would all  begin to drink...  Some of us would go more certainly in Jerem's flat, D 214, to smoke, drink pastis, listen some jazzy music or whatever, play some chess and annoying his neighbourg... We would a to join the others early in one of the « headquarters » of the C Building, rooms 213 or 513,  but we would only join them at midnight when we would all decide to go out to some club... Then in the club, PH would steal some staff with Jerem, also looking for the one who would have stole his cap, Edouard would dance alone in front off the huge speakers, Natasha would ...be Natasha, indescribable... ,Alexis would complain after some seduction failures, Pablo would smile and charm girls, Oliver would be tipsy but still ready for a good chat,  Julie would disappear somewhere if we were in Onnela ...Frogs and  Scots would love each others... Then around 3: 30 am, after the last song (Scorpions in Studio 51, Conneils in Onnela, Sinatra in Klubben...) and after having singing 20 minutes « Alko Alko Alko hemos venido emborracharnos, el resulta nos da igual » with Lucia, Txema, Marcos, Pablo and all the spanish team, we would leave the club, then come back because we would have forgot Natasha in some guy's arms...and if PH has not been rejected from the bar for some stolen beers, we would go to MacDo, ask for a Bigmac menu, say dirty things in french, and then go back to domus, tipsy in the best of the cases... We would meet Lolo burning some staff in the corridors and then Shiona would prepare a cup of tea for anyone who want... and i would want one. Then, night night, until midday, explosion in construction site, morning cuddles, some Pall Mall Menthol extra on the window, then toc toc toc, debriefing with Natasha ... and then i would let Shotasha burst of laughing for no reason and i would call Jerem or Edouard to go to Hanken Unicafe for lunching and looking at beautiful girls. Edouard would live early coz he would have to pack his luggage for another trip around the planet, and Jerem would say that he has 5 essays to give back in the next 3 hours but that he still has time for some billard at Mr Don... And so on, and so on...

    This look not extraordinary but it was just sooo good... I just loved this time, we felt so free, it was so exotic... After 2 mounths here in France, working in a News'mag in a city i don't know very good and waiting for september,  far from my friends, i must confess i am sometimes SO nostalgic about this period. I have so exotic memories of events that appeared to me absolutely normal when they occured in Helsinki...pfff... I miss a lot of people from there, so I try to keep in touch via Fessebouc, phone calls, a great week end in Dordogne with the french team, and some magic week ends in Nantes and in Glasgow with my scottish rose... and i realise each day that i never feel as good as when i am a « foreigner »...  


    8 commentaires
  • Ca y est, je suis de retour au pays... 

    Bon ben pour l'instant c'est beaucoup moins effrayant que je ne l'appréhendais...Je vois du monde, il fait beau, je me recoule très facilement dans mes vieux repères et réflexes...et...je sais pas, je suis serein, heureux... Je n'ai pas la tête à la nostalgie pour l'instant, sans doute car la dernière semaine à domus était très pesante... Quand vous rentrez, l'année passée vous parait tellement démente comparée à la vie d'avant que vous avez peur...mais j'ai retrouvé parents, famille (que j'ai la chance d'avoir très grande), ma maison, ma chambre, la campagne, des bruits, saveurs et  sensations familières...c'est très agréable...Helsinki n'était pas une parenthèse, c'est une expérience géniale qui va se couler parfaitement dans ma ptite vie. Je repars donc avec avec dans la tête de nouveaux souvenirs, avec de nouveaux amis, et une envie de repartir voyager... c'est vrai que ca fait bizarre de se fixer tout d'un coup alors que j'ai des petits voyages tout le temps planifiés depuis 1 an... mais bon après tout rien ne m'en empêche, je n'ai que vingt ans !

    Helsinki va me manquer, c'est sur, et dans une semaine ou deux, je vais me poser et me rappeler qu'il était bon ce ptit monde exotique et sans contraintes, mais, au vu de mes premières sensations ici, je sens sincèrement que le retour va être facile à consommer cet été. Bon par contre la rentrée à Bordeaux en Septembre et le retour aux études risque de faire mal ...


    6 commentaires
  • Voilà, here we are now, c´etait bien, c'etait chouette...
     
    81éme post, 270 éme jour,  et il me faut donc conclure ...
     
    Cette année était tout simplement magique. Si j'arrive un jour à détroner 2006-2007 du podium des plus belles années de ma vie, à concentrer en si peu de temps autant de découvertes, de rencontres, de voyages, de joie, et de grasses matinées... alors je suis bien pressé de voire la suite du film !
     
    Les même 1000 pensées qui m'empêchent de dormir ces jours-ci sont les réponses aux milles questions qui me tenaient éveillé fin Aout dernier (et pendant tout ce temps, entre les deux morceaux de cette superbe phrase, j'avoue que le marchand de sable finlandais a éte efficace, particulièrement entre four a.m and 3 p.m, pour parler comme dans "24" dont j'ai d'ailleurs, comme si la phrase n'était pas assez longue, vu les 6 saisons en trois semaines d'insomnie en Mars...)
     
    Bon je ne vais pas revenir sur toute l'année, les 80 posts précédents sont lá pour ca, mais juste tenter de conclure spontanément.
     
    La Finlande, c'est bien ! Derrière la platitude et le manque d'enthousiasme apparent dont je fais preuve dans le but unique de déclencher des sourires sur les visages des lecteurs erasmus ici qui ont déja sorti les kleenex à la lecture de mon titre, se cache un réel désir de rendre hommage à ce joli, calme et plat pays, aux paysages somptueux, mais aux villes assez immondes ( j'en ai vu un bon paquet), excepté Helsinki et Porvoo. La Laponie est définitivement une région á découvrir, tout comme la région des lacs. Les paysages subissent une métamorphose complète entre hiver glacial, blanc et sans jour, et été doux ( il fait 25 today), vert et sans nuit.  
    Le peuple finlandais est ma foi sympatique et bilingue. Il subit aussi une métamorphose entre le WE ,ou il se lache littéralement, boit des litres,t'invite dans son cottage, et la semaine, ou il redevient cet individu indépendant, chiant, qui ne te reconnait pas. Si le francais est féru de clichés , le finlandais, lui,  est timide, imberbe et à l'implantation capillaire étrange. Il n'a aucun style, est gothique et barbu à vingt ans, catogan et bouc à 25, moustachu et chauve ensuite... La finlandaise est trés jolie, assez typée, brune ou blonde, yeux clairs, elle a un bermuda serré, un serre tête, et une queue de cheval, mais elle n'a jamais le temps de prendre un café car elle travaille. En général c'est vrai que les jeunes sont ici indépendants, ils bossent et ont de l'argent par l'Etat, mais ils étudient aussi et partent en vacances á Bangkok ou á Malaga.
     
    Helsinki est géniale, elle m'a plu, elle ne laisse personne indifférente, elle bouge, elle se transforme, on y sert des cafés et des bières dégueu et hors de prix mais on elle regorge d'espaces verts, est entourée par la mer et on sais y faire le fête.
     
    Domus, ma residence, va me manquer. C'est un hideux bloc de béton mais il est dans le centre, á quelques mètres d' un supermarché, d'un shop ouvert H24, d'un resto étudiant à 1 euro 65 le repas entouré de bombes atomiques, et d'un parc...Et tellement de souvenirs dedans...Malheureusement, ils sont en train de détruire tout depuis 2 mois... 2 mois á Beyrouth, à se réveiller en sursaut, toutes les bouteilles vides de vodka chancellant sur l'armoire, après un boucan pas possible faisant craindre quelque attaque par les indépendantistes lapons...
     
    Des petites virées... Merci encore á ceux qui se sont trituré le crane pour organiser des chapitres entiers de notre bonheur ici ( Julie, Camille...). J'ai aussi appris à improviser en particulier pour le road trip des Lacs et la virée autosotop en Norvège...

    Les voyages aussi.... une sorte de tour autour de la Finlande, partant de Cracovie au Sud, passant par Prague et Vienne, puis remontant vers Copenhague, puis tout droit au Cap Nord, avant de redescendre via la Laponie et l'Est finlandais vers st Petersbourg, puis vers Tallin, Riga et Vilnius, voisine de la Pologne. Boucle bouclée.
     
    Mais le plus extraordinaire fut sans doute le mode de vie ici et l'atmosphère domusienne...Le travail, á part en Novembre, ne fut pas vraiment á l'ordre du jour...A la place, des ballades, des cafés, des heures et des heures passées á perdre au billard contre Jerem, á empêcher les gens de travailler, Shiona en tête. Mais aussi, il faut bien le confesser, de l'alcool et des chouilles...absolument toute l'année ! Onnela, Lux, Barfly, Helsinki Club, Studio 51, Stockholm diskotek... Moi qui ne met jamais les pieds en boite plus de 5 fois par ans et encore que pour les soirées étudiantes, j'avoue avoir éte conquis par le mode de sortie á la finlandaise...au risque sans doute même d'une overdose...
     
    Des visites...Xav, Marie, les parents, les frérots... Des amis aussi... et même plus que ca...
     
    Bref que de bons souvenirs á inscrire dans la continuité en gardant le contact au maximum... Mais toute bonne chose a une fin... et ca fait donc quinze jours maintenant qu´il faut dire au revoir chaque jour... trouver des mots inévitablement hypocrites pour ceux dont on était pas si proches, et ne pas trouver les mots qu´íl faut mais les larmes pour dire en revoir á ceux á qui on tient vraiment...
     
    Tout cela devient triste, ma tirelire est vide, ma montre est cassée, mes cheveux trop longs, ils détruisent notre immeuble derriére nous ... Bref, il est temps d'y aller... 
     
    Il est temps de rejoindre avec plaisir la famille et les proches, mais il est aussi temps de rejoindre la vraie vie, celle ou on gagne l'argent avant de le dépenser, celle ou les vacances suivent le travail, celle de la France qui se lève tôt plutôt que celle de Tanguy qui se lève tard...celle où je ne pourrais m'empécher de lacher par ci par là des petits Kiitos, Kippis, Moï moï, anteeksi, mais aussi les trésors de la langue étrangère tels Vittu suomalainem, Joder, te caillatte la boca puta cabron, Fuck et toutes ses déclinaisons par Sir Frazer gilmour, fuck off, for fuck sake, fucking hell ...
     
    Le Tanguy qui revient est sans doute plus ouvert d'esprit, à force de rencontrer et nouer des liens avec des gens de partout, et moins ignorant sur l'Europe qui l'entoure. Mais une année comme ca rend aussi à coup sur plus indépendant,  plus mûr, et aussi un poil plus débrouillard. Le Tanguy qui revient n'a plus peur des aéroports, il sait dire pleins de gros mots dans pleins de langue et vous l'à prouvé, il sait qu' íl peut manger 60 fois au Mcdo sans prendre un gramme, il sais s'étaler comme un gland sans ressentir de douleur ( tout du moins pas avant le lendemain matin...), et il dit toujours autant de merde, pas d'inquiètude... et, surtout, surtout,  il repart de lá gonflé á bloc pour sucer la moelle de la vie, comme dirait un poète disparu. 

    Voili voilou, je range demain, je lave mercredi, je pleure mercredi soir, je me prend une grosse prune de surpoids à l'aéroport jeudi, histoire que la Finlande m'ait bien sucé jusqu' á mon dernier cent, et je suis á Paname Jeudi soir, avec mes fringues sales, mon faux bouc, des cheveux raides pour faire une blague, et ma casquette des Jokerit.
     
    Allez, zou caribou, hasta la vista, Ciao, Nakemin, bon vent pour la suite, fin du blog mais pas fermeture, ajout de photos durant l'été, merci aux 16 000 visiteurs, incroyable ! vous venez d'oú ?  merci l'Europe, Vive la Finlande mais aussi la France,  l'Espagne, l'Allemagne et bien evidemment l' Écosse !
     
    Pusu
     
    [pleurs]

    PS : pardon pour le kitch de l image...



    6 commentaires
  • Dernier temps fort de mon temps désormais compté aux pays des milles lacs, une poignée de jours passés dans un cottage avec tous, mais absolument ceux qui me sont chers ici.
     
    Bon vous allez au bord dún lac au milieu de la forêt, vous y placez un chalet principal grand, spacieux, lumineux, surréquipé avec double lave vaisselle, machines à laver, télé etc... mais aussi des dépendances, un chalet pour stocker le bois, un autre avec mezzanine pour dormir, et une petite cabane tout en bois pour dormir, 2 saunas, un électrique et un à bois, un ponton et des barques... En gros le chalet de vacances dans le Montana pour famille américaine moyenne comme dans Betthoven I...
     
    Vous mettez la dedans une quinzaine de potes venant du monde entier voire même de toute la galaxie, qui vont se dire en revoir a tout jamais dans un futur très proche après une année passée ensemble à boire à l'amitié, l'amour et la joie, le tout en deux fois moins dramatique...
     
    ...et vous obtenez quelques jours idylliques à festoyer, jouer, se ballader, naviguer, faire semblant de pêcher,  boire, transpirer, sauter dans le lac...
     
    Bref, malgré la tristesse provoquée par ceux qui chaque jour nous quittaient pour rentrer en France, en Espagne ou en Irlande, c'était vraiment génial, parfait pour conclure une année en beauté.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique